Vacances à la ferme bio : une expérience de woof !

Retourner à la page d'accueil

Claire a 58 ans,  elle est bibliothécaire et réside dans le Finistère. Intéressée par la cuisine, le patrimoine, l’habitat participatif ou encore les plantes, elle s’est inscrite récemment sur Rosalie Life. Claire connait bien Marina, cofondatrice avec Cécile, de ce réseau national qui crée de la rencontre pour révéler la puissance des pratiques collaboratives. C’est tout naturellement qu’elle a accepté de partager un retour sur sa première expérience de woofing, entendez d’écovolontariat, dans une ferme biologique ardéchoise.





Comment t’es venue l’idée de faire du woofing ? Qu’est-ce qui te plaisait dans ce concept ?

Une amie m’a parlé de sa propre expérience du woofing lorsqu’elle était partie en Corse et en Bretagne à Belle île en mer. J’ai trouvé que c’était une manière originale de partir en vacances, de découvrir un métier de l’intérieur. J’aime travailler la terre et j’aime les plantes. J’ai eu envie de faire quelque chose de concret et de m’ouvrir à une pratique nouvelle, de rencontrer des personnes venant d’horizons différents, de découvrir un nouveau lieu, de participer et d’aider. C’est vraiment une manière différente de partir en vacances, ça fait d’autant plus sens que l’on aide des personnes en demande. Je crois qu’au fond ça m’aurait plu comme métier de faire du maraîchage ; le fait de partir en woofing a été une manière de concrétiser ce que j’aime faire.

 

A quoi ressemble le quotidien d’une woofeuse ? 

Tout d’abord j’ai consulté le site Wwoof France pour repérer les propositions de travail bénévole chez des agriculteurs biologiques. Sur ce site web, chaque personne peut faire une recherche avancée avec différents critères : par type d’activités (maraichage, élevage, éco construction, apiculture, etc.), par zone géographique, etc. Je me suis inscrite et j’ai réglé une cotisation de 25 €. J’ai eu envie d’aller vers le sud et de trouver des activités variées dont le maraîchage. Le maraîcher qui m’a accueillie proposait justement plusieurs activités qui se trouvaient dans le hameau où il habitait. On pouvait faire de la cueillette, de la fabrication de fromage, du brassage de bière en plus de l’activité principale de maraîchage par exemple. Sa ferme biologique était idéalement située, en Ardèche Verte, à 500 mètres d’altitude, sur la commune de Preaux. La prise de contact s’est faite simplement par mail, nous nous sommes mis d’accord sur la mission et les dates, sachant que je souhaitais venir une seule semaine. (Certains hôtes imposent de rester au moins deux semaines). C’est Kevin lui-même, mon  "hôte maraîcher" qui est venu me chercher à la gare, accueil très chaleureux ! Il m’a fait visiter les champs, les serres et les espaces partagés et privés, dont la petite caravane dans laquelle il m’installait. Sur place, j’ai rencontré une autre woofeuse, une institutrice de 30 ans très sympa avec qui j’ai travaillé toute la semaine. Nous avons été très entourées par le maraîcher, les habitant-es du hameau, c’était une ambiance très joyeuse et décontractée !

  • Nous prenions nos petits déjeuners à 8h30 et démarrions le travail à 9h, tandis que Kévin était dans ses champs beaucoup plus tôt !
  • Nous travaillions toute la matinée jusqu’à midi, heure à laquelle nous partagions un repas tous ensemble.
  • Le début d’après-midi était libre. De toute façon, il faisait trop chaud pour travailler, la température atteignant rapidement 30°.
  • Je passais mon temps libre à me reposer, me balader à pied (je n’avais pas de voiture) et à discuter avec des gens. Il y avait également une rivière où nous pouvions nous baigner.
  • Puis nous reprenions le travail vers 16h00 pendant deux heures. La journée se concluait par un repas partagé, avec de temps en temps de la musique ou la possibilité d’aller au village.

 

[Quand on fait du woofing], la vraie aventure est surtout humaine. (...) accepter de sortir de son confort individuel pour aller vers l'inconnu.

 

Marina : Que dirais-tu à une personne qui ne connaîtrait pas le woofing et serait tentée par cette expérience ?

Le woofing permet de découvrir d’autres horizons, c’est du troc de temps qui permet de voyager pas cher tout en vivant une nouvelle expérience de vie. Ça permet de découvrir un métier, ses avantages et ses contraintes.

La ferme biologique produisait une variété importante de fruits et légumes (ex : fraises, pois gourmands, oignons, courgettes, échalotes, tomates,…) et des semences pour kokopelli*

 *Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l'agriculture biologique et de l'agriculture biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère).

 

Il faut vraiment que la personne soit motivée par l’activité proposée car il s’agit d’un travail de 4 à 5 heures par jour. Le travail de la terre est assez physique, il faut savoir manier les outils et adopter les bons gestes pour ne pas trop souffrir du dos ! La vraie aventure est surtout humaine, il faut donc avoir envie de s’ouvrir et de rencontrer de nouvelles personnes. Ca vaut vraiment le coup, pour moi ça été un vrai dépassement personnel : sortir de son confort individuel pour aller vers l’inconnu. C’est une expérience très enrichissante.

 

Est-ce que tu penses recommencer ?

Oui c’est même sûr ! J’aimerais encore découvrir de nouvelles activités comme la production et la récolte de plantes médicinales ou la transformation de produits. Ce qui me motive, c’est d’apprendre et de donner un coup de main à des personnes qui ont souvent des parcours de vie portés par la recherche de sens et de liberté. Ce sont des choix courageux avec des rémunérations qui ne sont pas souvent à la hauteur du travail fourni. Mais j’ai découvert un univers simple et joyeux et rencontré des personnes heureuses de faire leur métier et de transmettre leur savoir-faire et leur mode de vie. Une grande richesse pour qui veut bien franchir le pas !

 

Le WOOFING (ou wwoofing) c’est quoi ?

Dérivé de l’acronyme WWOOF, de l'anglais « World-Wide Opportunities on Organic Farms », le woofing est un réseau mondial de fermes d'agriculture biologique. C’est en 1971, à l’initiative de Sue Coppard que naît le WWOOFing. Citadine anglaise en mal de nature, elle prend l’habitude de s’échapper le week-end à la campagne en proposant- en échange du gîte et du couvert - de participer aux activités des fermiers qui l’accueillent. La nouvelle se répand, le nombre de fermiers désireux d’ouvrir ainsi leurs portes s’accroît et de fil en aiguille, cette idée devient un concept mondial d’écovolontariat. Le WWOOFing répond alors, au désir de retour aux sources, aux vraies valeurs des générations, de plus en plus solidaires et à l’esprit « vert »

Le principe est simple : Des hôtes se proposent d'accueillir des WWOOFeurs pour partager leurs connaissances, leur savoir-faire, leur quotidien et leurs activités avec la possibilité pour ces derniers de se voir offrir le gîte et le couvert. Cette pratique est également  appelée le WWOOFing et est portée par une association indépendante dans chaque pays où il a lieu (plus de 100 pays dans le monde). En France, cette pratique n’induit aucun lien de subordination ni d'échange d'argent, simplement un échange de convivialité et de connaissances.

 

Partageons plus pour vivre mieux :  3 facteurs d'un woofing réussi selon Rosalie Life

  • une réelle correspondance entre les attentes de l'hôte et celle du woofeur/de la woofeuse
  • des missions confiées inscrites dans une capacité, un temps et une durée convenus ensemble
  • du temps donné à l'échange et du sens donné à la collaboration

 

 

Et pour faire du woofing en France ?

Vous pouvez adhérer à l'association WWOOF France et régler une cotisation (25 € pour une personne/ 30 € pour deux personnes). Une fois adhérent, vous avez accès à la liste des hôtes que vous pourrez contacter afin d'organiser votre séjour. La liste contient les détails complets des 1 600 hôtes (activités, périodes d’accueil, hébergements, régions, ...) qui travaillent de façon biologique.

 

  • Permanence téléphonique : mardi de 16h à 18h (> +33 7 60 24 77 31) et jeudi de 10h à 12h (> +33 7 68 28 68 48)
  • Adresse postale : WWOOF France, La Beunaz, 74500 Saint-Paul-en-Chablais - FRANCE

 

 

D'autres idées de vacances responsables et solidaires ?

Lisez #jevoyagecollaboratif, un article rédigé par Sophie Babaz pour Rosalie Life !

 

Vous avez testé l'un de ces modes de vacances solidaires et alternatifs ? 

N'hésitez pas à nous proposer votre témoignage : contact@rosalie-life.com