Se sentir en vacances… sans partir 

Retourner à la page d'accueil

Je ne sais pas pour vous… Mes meilleures vacances ne sont pas forcément celles que j’ai passées loin de chez moi mais plutôt celles que j’ai vécues avec la plus grande spontanéité, où je me suis éloignée le plus possible de la routine du quotidien pour me retrouver. Ca me donne envie de partager avec vous quelques idées pour se sentir en vacances… sans partir !


 





Vendredi soir. Mon bureau est rangé, mon absence organisée, ça y est, je suis en vacances pour deux semaines ! Une fois rentrée à la maison, l’un de mes premiers gestes est d’éteindre le réveil matin sur ma table de nuit. A partir de ce soir, je me lève à mon rythme, je récupère en retrouvant mon sommeil naturel (au moins 7 heures) et je fais de courtes siestes si besoin.

 

L’été, je m’accorde d’abord du temps pour mes proches et pour moi. Plus j’avance en âge, plus j’ai envie de relations authentiques, de complicité en famille, de petits moments savoureux au quotidien. Je suis plutôt de nature active mais je comprends aussi l’importance d’écouter les souhaits des uns et des autres, sans trop programmer d’avance les journées. En Bretagne comme ailleurs, les propositions ne manquent pas et le territoire est vaste. Bien que déjà installés depuis 4 ans à Brest, nous avons encore beaucoup d’endroits à explorer. En vacances, alterner expos, balades contées, natation, soirées entre amis, jeux ET farniente me va bien. Dans l’année, je vais rarement au cinéma, que je trouve trop cher. Alors, si la météo le permet, je ne dis jamais non à une séance de cinéma en plein air. A Brest, par exemple, c’est une série de courts métrages sur le thème « Course poursuite » qui sera proposée gratuitement sur la plage du Moulin Blanc le 23 août. Allons-y ensemble !  

 

L’été, plus que tout au long de l’année, j’invite les couleurs et les senteurs dans la cuisine. Quelques feuilles de menthe fraîche dans mon thé et je suis transportée sur la place Jemaa El Fna (Maroc). Une tomate-mozza en entrée et c’est l’Italie qui se dessine dans mon assiette. Je ferme les yeux, j'ouvre au hasard mon livre de recettes et... ce soir c’est « menu pékinois » ! L'occasion d'improviser une invitation à la maison où se croiseront des voisins, des amis et des Rosalie. Une autre manière de voyager…

 

L’été, je me lance des petits défis qui reboostent mon estime de moi : porter des tenues différentes des habituelles, réussir une nouvelle recette, tester une activité sportive, accrocher trois cadres, apprendre ou réviser une langue étrangère, proposer mon aide à une association... Le saviez-vous ? Entre Rosalie, le troc de connaissances et de services est facile et gratuit. A vous !

 

L’été, quand j’étais petite, j’aimais bien les cartes postales. Il y avait tout un rituel : le choix de la carte sur le tourniquet du buraliste puis du timbre, l’écriture appliquée de la carte, la mise à la boîte aux lettres, l’attente fébrile jusqu’au moment où on apprend qu’elle a bien été reçue. En tant que community manager, je me sers beaucoup des réseaux sociaux pour mon travail. Alors, quand je suis en vacances, il me plait de revenir au stylo et au papier pour fabriquer mes propres cartes à message et reprendre contact avec d’anciennes connaissances. J’essaie aussi de décrocher du smartphone et d’internet pour mieux renouer avec la nature. Je profite des jardins, je m’amuse à reconnaître les fleurs, je suis un papillon blanc jusqu’à son prochain envol, je m’allonge dans l’herbe...

 

L’été, quand les soirées sont plus fraîches, place aux jeux de société. J’aime bien cette idée de démarrer une partie de Cluedo ou un Dixit avant le dîner et la laisser inachevée pour avoir le plaisir d’y retourner… ou pas.

 

L’été, c’est enfin un temps propice aux transitions. Pour moi, bien préparer la rentrée commence toujours par le besoin de faire du vide : ranger des affaires, trier des photos, remettre de l’ordre sur l’ordi, faire des sacs de vêtements à donner… Une fois la place nette, je redécouvre les volumes, j’ai envie de changer la disposition des meubles, de repeindre les portes… J’embarque facilement mon mari et mon fils dans cet élan. Cela restera peut-être sur le papier, mais ça nous amuse d’imaginer notre habitat du futur ensemble. Cette vision renouvelée, cette acceptation du changement est une bonne mise en condition pour reprendre sereinement le chemin du travail.

Et si, quelques jours avant la reprise, la tentation était vraiment trop forte, je jetterais un oeil rapide aux réseaux sociaux, je réaliserais la chance que j’ai de pouvoir visiter en un clic des endroits magnifiques et je m’endormirais en rêvant au voyage que je ferais, une prochaine fois… 


>> Et vous, qu’aimez-vous faire pour vous sentir en vacances... sans partir ?


>> Avec Rosalie Life, faites le plein d'idées fraîches pour vous sentir en vacances... sans partir