Escales aux comptoirs des lettres...

Retourner à la page d'accueil

La Bretagne abrite une trentaine de cafés librairies, dont seize sont fédérés en réseau pour proposer des temps forts littéraires. Ces lieux de vie sont indépendants et proposent une voie alternative aux grandes enseignes diffuseurs de best-sellers. Chacun a son identité propre en fonction de son lieu d'implantation et du libraire.

De nombreux lecteurs viennent y chercher l'expertise, la découverte, le dialogue, un lieu chaleureux pour flâner autour d'un thé, d'une assiette gourmande ou d'une bière artisanale. Souvent de beaux lieux non loin d'un paysage grandiose.

 

@L'Autre rive - Berrien : Katita Reynes et Marc Ledret

© Romain Gicquiaux

 

On n'ose imaginer qu'au détour d'un chemin de randonnée, face à l'océan, sur une île ou au pied d'un chaos granitique, l'on peut pousser la porte d'un café et y lire. Encore moins y dénicher le roman d'Elif Shafak , Soufi mon amour, les oeuvres complètes de Xavier Grall, une BD documentaire d'Emmanuel Lepage ou les guides botaniques Delachaux. Tout cela en savourant un cidre à la pression, une salade au fromage d'une biquette locale avec un miel bio. C'est pourtant l'un des menus possibles à L'Autre Rive, à Berrien près d'Huelgoat, en centre Bretagne. Marc Ledret et Katita Reynes ont ouvert ce lieu il y a dix ans et ça marche !

« On a tout de suite gagné avec le concept de café-librairie. 50 % de notre chiffre d'affaires vient de la vente des livres, 30 % des assiettes et 20 % du bar », assurent les libraires.

© Romain Gicquiaux

© Romain Gicquiaux

 

Ils s'appuient sur leur licence IV et la petite restauration pour sélectionner librement un fonds qui se monte à 5000 références. Exit le dernier Lévy ou Musso, ici on lit une actualité littéraire ciblée et issue de multiples maisons d'édition, on découvre des plumes plus confidentielles et prometteuses, on retrouve celles qui ont marqué l'histoire.

« Je peux dire merde à Hachette parce que je vends des livres avec de la bière d'Huelgoat et des pommes de terre de Sizun », plaisante Marc à la fibre militante.

© Romain Gicquiaux

© Romain Gicquiaux

 

Identité singulière, liberté éditoriale

Chaque lieu a sa particularité en fonction de son ambiance, bistrot ou salon de thé, la personnalité du libraire et la spécialité littéraire mise en avant : jeunesse, poésie, voyage, etc. L'Autre Rive se distingue avec deux thématiques, liées à l'identité locale : la botanique d’une part, résistance et rébellion d’autre part.

« On est à la fois en Bretagne rouge et dans la légende arthurienne ici ! », souligne Marc Ledret.

© Romain Gicquiaux

 

Le rayonnage est à taille humaine, l'immersion est rapide et totale. Le rayon de soleil qui entre par la fenêtre vers la table en bois et le fauteuil club en cuir invitent à la pause sur un fond sonore agréable et des odeurs de cuisine qui réveillent l'appétit. Derrière le comptoir, Marc vante sa dernière trouvaille anglo-saxonne, une enquête policière qui nous emmène en Ecosse dans le milieu de la pêche. Ingénieur dans l'industrie pharmaceutique, il s'est expatrié une quinzaine d'années pour s'investir dans l'éducation populaire et la santé en Asie et en Afrique avec Katita alors infirmière.

« Un jour, on s'est dit qu'on allait rentrer faire du développement en France, on a choisi la Bretagne. On voulait créer un lieu de vie et d'éducation populaire, pas seulement un commerce. »

© Romain Gicquiaux

 

Le hasard d'un reportage sur le Caplan à Guimaëc a été le déclic. Ce pionnier des cafés librairies a essaimé largement dans la région où la population a de la culture, le tissu associatif dense et l’habitude du bistrot tenace. On dénombre une trentaine de cafés-librairies, sur les quatre départements bretons et la Loire-Atlantique, dont seize sont fédérés au sein du réseau Calibreizh actuellement (lire encadré).

 

Prescriptions littéraires

L'animation est l'autre clé de voûte du concept. Pour faire vivre le lieu, il est nécessaire de provoquer l'échange entre les gens. Marc et Katita « sous-traitent » volontiers ces initiatives à d'autres réseaux culturels ou militants. L'ardoise annonce un vernissage-concert pour la prochaine expo de peinture, un atelier sur l'encens, une sortie botanique, un rendez-vous du club tricot (avec de la laine d'alpaga filée au rouet). C'est une vraie ruche.

« Nous nous concentrons sur les événements littéraires avec l'appui du réseau », précisent Marc et Katita qui mesurent les avantages d'un jeu collectif pour gagner en visibilité, faire venir des auteurs, partager des retours d'expérience avec les confrères.

« Nous avons des expertises complémentaires à partager, chacun avec sa spécialité littéraire. Cela nous permet d'organiser des événements plus nourris en lien avec des auteurs », confirme Valérie Fèvre de la Cabane à Lire à Bruz, près de Rennes et actuelle présidente de Calibreizh.

Ensemble, ils sont en mesure de proposer trois temps forts pendant l'année. Le « Printemps des poètes » est par exemple décliné en différents rendez-vous de lectures dans l'optique de valoriser la poésie contemporaine tout en faisant le lien avec des maisons d'édition spécialisées. L'été donne lieu à un focus sur des auteurs bretons et des lectures vagabondes.

« Cette année, nous avons choisi des oeuvres de femmes, c'est un vivier riche. Certaines sont primées, d'autres sont méconnues comme Fanny Raoul, de Saint-Pol de Léon, qui a écrit des textes importants sur les droits des Femmes dès 1881», précise Valérie Fèvre.

Le dernier temps fort commun « Libres en littérature » est prévu à l'automne (lire encadré 2).

« Là nous invitons le public à rencontrer des auteurs de notre choix. Nous jouons ainsi notre rôle de libraire indépendant, ces prescriptions littéraires sont le coeur de notre action », souligne Gaëlle Pairel de la fédération.

La perspective de rencontrer une auteure syrienne, alors qu’on est, tout ouïe, confortablement installé, après une balade sous les embruns ou aux châtaignes est réjouissante ;  la chaleur et la pertinence du rendez-vous auront cette saveur de l’insolite et de l’incomparable...

 

© lectures vagabondes/frédérique lamblin

© la jupette de jeannette/macornouaille et légende : l'ivraie à douarnenez

© l'ivresse des mots

© gwrizienn becherel légende yvonne preteseille

Seize cafés librairies bretons sous la bannière Calibreizh

 

Pour son action culturelle, Calibreizh reçoit désormais le soutien de la fondation suisse Jan Michalski.

 

Libres en Littérature #6 Rêvons demain

Depuis 6 ans, chaque automne, les libraires des Cafés-librairies de Bretagne invitent le public à débattre, à rencontrer des auteur(e)s, visionner films et documentaires, voir des expositions autour d’un thème abordé par des auteurs souvent en lien avec l’actualité. Après un premier focus sur les auteures de Bretagne, les éditions suivantes se sont penchées sur les Singularités, les BD et les romans graphiques, les bouts du monde ou encore les droits des citoyens.

En 2016, la thématique interroge le monde actuel : « Rêvons demain » ou comment construire ensemble ? Les auteurs invités sont notamment :

  • Anna Bednik (extractivisme)
  • Jacques Caplat (agriculture bio)
  • Pascal Greboval (les enjeux du monde actuel)
  • Paul Jorion (économie/ écologie)
  • Hervé Kempf (Notre-Dame-des-Landes/ oligarchie)
  • Bénédicte Manier (Mille révolutions possibles)
  • Maram Al Masri, Marc Petitjean (les mensonges du nucléaire au Japon)
  • Mariam Samaan, plasticienne syrienne et engagée
  • Hamid Suleiman, artiste plasticien syrien auteur de la BD Freedom hospital. 

(Programme non définitif, les dates et lieux seront communiqués en septembre)